Forum des Kosmokomptakazes


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Liens utiles
Derniers sujets
» Quel est ce film ?
Mer 26 Oct - 14:03 par elshmo

» Suite logique
Lun 24 Oct - 19:47 par Hawkeye Aimee

» le jeu du pendu
Sam 22 Oct - 18:10 par Hawkeye Aimee

» un membre de plus ca vous interesse ???
Dim 18 Sep - 19:37 par elshmo

» Anniversaires
Dim 10 Juil - 18:56 par Arya

» Stargate Renaissance :D
Sam 9 Juil - 19:16 par Arya

» Ceci est un titre de sujet
Mer 6 Juil - 23:47 par Arya

» Game of thrones
Mer 6 Juil - 23:46 par Arya

» Autre jeux
Jeu 30 Juin - 22:36 par Arya

» Elshmo vide son Deut
Lun 20 Juin - 20:30 par elshmo

Les posteurs les plus actifs de la semaine

Partagez | 
 

 Stargate Renaissance :D

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Hawkeye Aimee
Membre Kosmokomptakaze
Membre Kosmokomptakaze


Messages : 49
Date d'inscription : 15/02/2016

MessageSujet: Re: Stargate Renaissance :D   Mer 16 Mar - 7:58

Oh une fanfic.... Erk Stargate, je lirais mais Dieu que je déteste cette série.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya
Membre Kosmokomptakaze
Membre Kosmokomptakaze
avatar

Féminin Messages : 566
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 23
Localisation : Japetus

MessageSujet: Re: Stargate Renaissance :D   Mer 16 Mar - 9:58

Oh Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya
Membre Kosmokomptakaze
Membre Kosmokomptakaze
avatar

Féminin Messages : 566
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 23
Localisation : Japetus

MessageSujet: Re: Stargate Renaissance :D   Mer 16 Mar - 10:08

Chapitre 3


Le Hammond ne nous renvoya pas dans le quatre-quatre, mais directement devant les grilles de la base militaire de Cheyenne Mountain, à Colorado Springs. Mon sac m’attendait à mes pieds. Conservant ses qualités de gentleman, le Docteur Jackson s’en empara à nouveau et nous conduisit devant le poste de garde. Je n’avais toujours pas réussi à prononcer le moindre mot depuis le « oui » que j’avais murmuré à bord du… vaisseau spatial. Les gardes postés à l’entrée contrôlèrent notre identité. Je n’avais aucun papier, hormis un document de la prison de Mariposa que tenait le Docteur Jackson entre ses mains. Ceci sembla leur suffire. Un militaire en treillis nous invita ensuite à prendre place à bord d’un véhicule. Nous nous y installâmes et il nous conduisit dans un long tunnel. Je pris le temps de bien regarder autour de moi, c’était la première fois que je mettais les pieds dans une base militaire, et dans une montagne aussi… Le véhicule s’arrêta au bout du tunnel, face à une grande porte blindée. Nous descendîmes et franchîmes la dite porte. Je suivis de près le Docteur Jackson. Nous arrivâmes devant un second poste de garde où on contrôla nos identités pour la deuxième fois. Puis on me photographia le visage et pris mes empreintes digitales sur un écran tactile. Je ne pus m’empêcher de repenser aux procédures auxquelles j’avais dus me prêter après mon arrestation et mon arrivée à la prison de Mariposa. S’en suivit le passage d’un portique de sécurité, puis une fouille de mes affaires. Enfin, on me remit un badge à attacher sur ma veste. Un badge contenant la photographie de mon visage qu’on venait de prendre, un tas de chiffre et de lettres incompréhensibles, ainsi que l’inscription en grand et en gras VISITEUSE. En tout le contrôle dura bien une vingtaine de minutes.
- Nous sommes bientôt arrivés, m’assura le Docteur Jackson.
Je restai silencieuse et le suivi dans l’ascenseur où il m’invita à prendre place. Les portes se refermèrent derrière nous. Jackson appuya sur le bouton correspond au niveau – 16. L’ascenseur amorça sa descente quelques secondes plus tard.
- Nous descendons sous terre ? demandai-je angoissée.
- Oui, répondit le Docteur Jackson, nous nous rendons dans une installation baptisée SGC, située en dessous de la base du NORAD, à plusieurs centaines de mètres sous terre, dans un ancien silo à missile nucléaire.
Je digérai l’information et pris une profonde inspiration. Je tentai de contrôler mon mal-être mais le Docteur Jackson le remarqua aussitôt.
- Vous êtes claustrophobe ? demanda-t-il.
- Oui, répondis-je, je le suis depuis mon arrivée à Mariposa.
Il afficha un sourire compatissant et ajouta :
- Je comprends, j’ai moi-même connus plusieurs fois l’enfermement… et la torture aussi.
Je tournai immédiatement la tête vers lui, le regard interrogateur. Il me regarda dans les yeux et précisa :
- Sur une autre planète.
Malgré ma courte visite sur le Hammond, j’allais encore avoir beaucoup de mal à m’habituer à ce genre de déclaration. Je détournai le regard sur le tableau de contrôle de la cabine. Les numéros des étages défilèrent sous mes yeux. L’ascenseur se stoppa au niveau – 16. Les portes s’ouvrirent aussitôt. Le Docteur Jackson fut le premier à ressortir. Deux gardes nous attendaient dans le couloir. Je les rejoignis. Le Docteur Jackson se tourna ensuite vers moi et déclara :
- Ces gardes vont vous conduire à votre cellule.
Je baissai la tête, un peu déçue mais pas du tout surprise. Après tout, je demeurais une détenue, condamnée et incarcérée. Il donna mon sac à l’un des gardes et ajouta :
- Ne vous inquiétez pas, je vais très vite revenir vous voir.
- Oui, répliquai-je aussitôt d’une voix calme, le temps nous est compté.
Le Docteur Jackson me sourit. Puis il regagna l’ascenseur. Je regardai les portes se refermer entre nous.
- Par ici, mademoiselle, dit l’un des gardes.
Il m’invita à le suivre d’un geste de la main. J’obtempérai. « Mademoiselle » répétai-je dans ma tête. La politesse des soldats n’était donc pas un mythe. Elle tranchait profondément avec le « Colin » dont les gardiennes de Mariposa se servaient toujours pour s’adresser à moi. Un peu d’humanité et de respect était tellement agréable à entendre, même si j’avais pu commettre des actes répréhensibles. Rien que pour ça, j’avais décidé de ne causer aucun souci à ces messieurs. Ils me menèrent dans une vaste cellule au fond d’un couloir. Une cellule bien plus grande que celles que j’avais pu fréquenter dans ma courte carrière de délinquante. Il y avait même une table avec deux chaises, sur laquelle le garde portant mon sac eut la gentillesse de le déposer. S’y trouvait également plusieurs lit superposés, mais j’étais bel et bien la seule occupante des lieux.
- Le Docteur Jackson ne devrait pas tarder, déclara le garde, si vous avez besoin de quoi que ce soit, frappez à la porte.
- Merci, répondis-je en osant un léger sourire.
Il me salua d’un geste de la tête, à la façon des militaires, et quitta la cellule en refermant la porte derrière lui. Je regardai autour de moi : quatre murs bétonnés, et pas une fenêtre, mise à part la petite lucarne de la porte. Tout était silencieux. C’était la première fois que je me retrouvais seule depuis qu’on était venu me chercher dans ma cellule à Mariposa, un peu plus tôt dans la journée. « D’une cellule à l’autre » pensai-je aussitôt. Il s’était passé tellement de chose pendant ce laps de temps. Je m’assis sur le lit le plus proche et me laissai tomber à la renverse, sur le dos. Qu’était-il en train de m’arriver ? Et si tout ceci n’était qu’un rêve ? Cela ne pouvait être réel ! En proie à la solitude de ma cellule et à toutes ses interrogations, je ne pus m’empêcher de sombrer dans une angoissante et terrifiante pensée.


Le Docteur Jackson descendit de l’ascenseur au niveau – 27. Il se dirigea aussitôt vers le bureau du Général Landry. Ce dernier était en pleine conversation téléphonique. Quand il aperçut le Docteur Jackson dans le couloir, il lui fit signe d’entrer d’un geste de la main. Celui-ci suivit son ordre et entra dans le bureau. Le Général abrégea sa conversation et raccrocha le téléphone.
- Ah, Docteur Jackson, s’exclama-t-il, vous êtes revenus. Comment va notre invitée ?
- Elle ne comprend pas très bien ce qui lui arrive, répondit le Docteur Jackson, et elle est encore bouleversée par son petit voyage sur le Hammond mais elle devrait vite s’en remettre.
Le Général Landry acquiesça puis déclara avec beaucoup de scepticisme :
- J’ai pris le temps de consulter son dossier pénitentiaire… Son évaluation psychologique laisse à désirer…
Le Docteur Jackson croisa les bras sur son torse.
- Vous croyez vraiment qu’elle pourra nous aider ? demanda le Général.
- Sans aucun doute, Général, répondit Jackson. Et de toute façon, on n’a pas vraiment le choix.
Le Docteur Jackson avait raison. Mais il était difficile pour le Général Landry de mettre la vie de ses hommes entre les mains d’une gamine de dix-neuf ans, jugée instable par des médecins, et délinquante en plus.
- Très bien, conclut-il, faites ce que vous avez à faire alors.
- Oui, Général.
Le Docteur Jackson laissa le Général Landry dans son bureau et s’en alla retrouver sa nouvelle protégée, autrement dit moi, après avoir fait un détour par son laboratoire et le réfectoire.


J’ignore combien de temps je suis restée seule dans cette cellule, mais le temps ne m’a pas semblé aussi long que celui passé à l’arrière du quatre-quatre. Je me redressai quand j’entendis la porte s’ouvrir. Le Docteur Jackson rentra dans la cellule, un plateau-repas à la main.
- Je me suis dit que vous devriez avoir faim, expliqua-t-il.
La porte se referma derrière lui. Je restai silencieuse. Il s’avança vers la table et y déposa le plateau-repas après avoir changé de place mon sac. Puis il resta immobile, comme s’il attendait une réaction de ma part. Je me relevai alors délicatement et m’avançai vers lui.
- Merci, répondis-je.
- De rien, répliqua-t-il avec un sourire.
Il tira sur une chaise et s’assis dessus. Je fis de même et m’assis sur la chaise en face de lui, de l’autre côté de la table. Je baissai les yeux sur le plateau-repas.
- Ce n’est pas grand-chose, s’excusa-t-il.
- Ça ira, merci, répondis-je.
Je m’emparai d’un sandwich posé sur le plateau et m’appétais à y goutter quand je me ravisai. Je jetai un regard sur le Docteur Jackson.
- Qui a-t-il ? demanda-t-il intrigué.
- Je n’aime pas manger devant quelqu’un qui ne mange pas, répondis-je gênée.
- Oh, dans ce cas.
Il saisit un deuxième sandwich posé sur le plateau et le porta à sa bouche. Je fis de même. Ce n’était pas de la grande cuisine, mais c’était nourrissant au moins, et pas plus mauvais que celle qui m’avait nourri jusque-là.
- Pour en revenir aux choses sérieuses, reprit le Docteur Jackson, vous êtes vraiment sûre que votre mère ne vous a jamais parlé de vos origines… extraterrestres ?
Lui-même semblait avoir du mal à prononcer ce mot. Qui de censé l’aurait pu d’ailleurs ? Je répondis négativement avec la tête. Il sembla chercher ses mots un moment, puis ajouta :
- Et Auriga ? Ça  vous dit quelque chose ?
La mention de ce nom déclencha plusieurs réactions en moi. Des souvenirs de mon enfance me revinrent en tête. Ma mère… Une grande tristesse m’emplit. Je reposai mon sandwich sur la table et perdit mon regard dans le vide.
- Oui, murmurai-je.
- C’est vrai ? s’exclama le Docteur Jackson enthousiaste.
La joie sur son visage contrastait fortement avec le sentiment de tristesse qui traversait mon corps. Il dut s’en rendre compte parce qu’il tenta de contenir sa joie et me demanda :
- Quoi d’autre ?
J’inspirai profondément, et le regardai dans les yeux.
- Auriga est un monde imaginaire inventé par ma mère dans des histoires qu’elle me racontait le soir pour m’aider à m’endormir, quand j’étais enfant, expliquai-je.
- Quels genres d’histoires ? demanda le Docteur Jackson très intéressé par mes dires.
Je fouillai dans ma mémoire. Il y a bien longtemps que je les avais enfouies, bien profondément dans un coin de ma tête. Tout était embrouillé.
- Je ne sais pas, m’exclamai-je, des histoires de rois, de princesses, de châteaux !
Une larme coula de mes yeux. Je l’essuyai et ajoutai un peu violement :
- Le genre de contes de fée qu’on raconte à ses enfants le soir avant de les coucher !
Le Docteur Jackson sembla attentif à mon chagrin. Il me laissa quelques instants pour me calmer puis me regarda dans les yeux et me dit, le plus calmement possible :
- Arya, Auriga est le nom de la planète, d’où votre mère et vous êtes originaires.
Je restai sans voix. Je ne savais quoi penser. Après tout ce que j’avais vu ce jour-là, je ne savais plus ce que je devais croire ou non. Toute ma vie, toutes mes certitudes semblaient n’être qu’un écran de fumée. J’aurai pu protester, lui dire que c’était faux mais à quoi bon ? En plus, avec le recul, je pense que je n’en n’avais pas la force à l’époque.
- Et votre père, Torygg, ajouta le Docteur Jackson, en était le Roi ! Ce qui fait de vous, l’héritière du trône d’Auriga… Une princesse en quelque sorte…
« Princesse ! » Ce mot résonna dans ma tête comme l’écho d’un lointain souvenir. Je fermai les yeux. « Tu es une princesse ! » me répétait sans arrêt ma mère durant mon enfance. Cela se pouvait-il ? Je ne l’avais jamais prise au sérieux, prenant cette appellation comme une marque d’affection de sa part. Quel parent n’a pas un jour appelé sa fille, princesse ? Encore plus quand il s’agit de son unique enfant ? De plus douloureux souvenirs remontèrent ensuite à la surface… Mes premières disputes avec ma mère… « Tu es une princesse, Arya ! » m’avait-elle criait dessus un jour où elle m’avait surprise en train de flirter avec un garçon. « Comment oses-tu te comporter de la sorte ? » Je lui avais répondu qu’elle était folle à toujours me qualifier de princesse alors que je n’avais connu qu’une vie de pauvreté jusque-là. Plusieurs larmes coulèrent de mes yeux. Je me levai précipitamment et tournai le dos au Docteur Jackson pour ne pas qu’il me voit ainsi. Il ne réagit pas sur le coup. Je croisai les bras sur mon torse et lui révélai d’une voix sanglotante.
- Si ce que vous dites est vrai, alors ça veut dire que je me suis moquée de ma mère pendant toutes ces années alors qu’elle me disait la vérité.
Je ressentis soudain beaucoup de culpabilité. Ma mère était morte dans la souffrance de ne pas être crus et comprise par sa fille… Comment avais-je pu lui faire ça ?
- Ecoutez, dit soudainement le Docteur Jackson d’une voix pleine de compassion, je sais que c’est très difficile pour vous, mais ce n’est pas pour ça que je vous ai fait venir ici.
Je me retournai brusquement et répliquai aussitôt :
- Pourquoi alors ?
- Je vous en prie, dit-il, rasseyez-vous.
Je restai immobile quelques instants, avais-je vraiment envie d’en savoir plus ? Bien sûr que oui. Je séchai mes larmes avec la manche de ma veste et vint me rassoir en essayant de retrouver mon calme. Le Docteur Jackson poussa le plateau repas sur le côté et déposa deux photographies sur la table : celle d’un homme d’une quarantaine d’années, et celle d’une jeune femme, à peine plus âgée que moi. Tous deux portaient des uniformes militaires.
- Voici le Major David Anderson et le Lieutenant Adèle Davies, déclara-t-il sobrement. Ils ont tous deux été enlevés sur Auriga par des individus dangereux dont nous ignorons l’identité. Le Major Anderson est marié et père de deux enfants, quant au Lieutenant Davies, elle est l’unique enfant de ses parents.
Je regardai leurs photographies plus attentivement. Tous deux souriaient, sans doute par fierté d’appartenir à l’armée de l’air des Etats-Unis. Je m’attardai beaucoup plus longtemps sur le visage du Lieutenant Davies. J’imaginai quelle tristesse aurait pu ressentir ma mère si elle était encore en vie et que moi, j’étais portée disparu. Puis, je relevai les yeux et regardai le Docteur Jackson :
- Je suis désolée pour eux, dis-je, mais je ne vois pas en quoi cela me concerne.
Le Docteur Jackson inspira profondément et répondit :
- Auriga est en proie à une guerre civile depuis près de 20 ans… Depuis la mort de votre père et l’exil de votre mère, pour être plus précis. Il n’y a plus de gouvernement ni de pouvoir central. Les Aurigiens se sont divisés en clans et s’affrontent constamment pour un oui ou pour un non.
J’essayais de me représenter dans la tête tout ce qu’il me disait, sans vraiment comprendre où il voulait en venir.
- Arya, dit-il, je veux vous aider à retourner sur Auriga et à y récupérer ce qui vous revient de droit, c’est-à-dire le trône !
« Ouah ! » m’exclamai-je intérieurement. Le pire c’est qu’il avait l’air totalement sérieux.
- Pourquoi ? demandai-je surprise et septique à la fois.
- Pour éviter un bain de sang ! me répondit-il en perdant son sang-froid.
Je compris dans sa voix qu’il était sincère, mais aussi très inquiet. Pour la première fois depuis notre rencontre, il était sur le point de laisser ses émotions prendre le dessus sur la raison.
- Ecoutez, ajouta-t-il en essayant de retrouver son calme, je sais que ce n’est pas facile pour vous, mais la situation l’est encore moins. L’armée s’apprête à envoyer plus d’hommes sur Auriga pour sécuriser le terrain et retrouver le Major Anderson et le Lieutenant Davies. Or, les vôtres ne se laisseront pas faire… On coure à la catastrophe !
« Les miens » pensai-je dans ma tête.
- Et vous pensez qu’en allant sur Auriga et en réclamant ma couronne je pourrai arranger les choses ? lui demandai-je toujours aussi septique.
- Oui ! me répondit-il. Ça ne sera pas facile, mais on doit essayer ! Tout ce que j’ai besoin de savoir, c’est si vous êtes disposez à nous aider ?
Il me dévisagea du regard avec insistance, attendant certainement une réponse de ma part. Ça faisait beaucoup trop d’informations à digérer d’un coup pour moi. Et comme je le disais plus tôt, je ne suis pas sûre que je fusse, à l’époque, en capacité de refuser la moindre chose, ni de m’opposer à lui.
- D’accord, répondis-je dans un murmure.
- D’accord ? répéta-t-il surpris.
Son regard sur mon visage se fut plus insistant.
- Oui… Je n’ai pas grand-chose d’autre à faire, de toute façon, tentai-je de me justifier.
Je lus un profond soulagement sur son visage. Il esquissa même un sourire.
- Parfait ! s’exclama-t-il. Vous n’avez pas idée à quel point…
Il se tut, probablement incapable de trouver une fin à sa phrase. Il se leva alors et posa sa main sur le dossier qu’il fit glisser délicatement vers moi.
- Commencez par lire ça, dit-il, vous en apprendrez plus sur Auriga et les vôtres.
Je saisi le dossier, l’ouvrit et feuilletai rapidement plusieurs pages.
- Je dois aller préparer la suite, ajouta-t-il.
Je levai les yeux vers lui. L’espoir que je représentais à ses yeux était vraiment troublant. Je ne crois pas, un jour avoir été plus importante pour quelqu’un, qu’aujourd’hui avec lui. Il se dirigea vers la porte de la cellule et l’ouvrit. Il allait la franchir quand il se retourna et me confia :
- Je n’ai plus besoin de vous convaincre désormais, mais sachez que le Président des Etats-Unis est prêt à vous gracier pour tout ce que vous avez fait si vous nous aidez à ramener nos soldats sur Terre, sains et saufs.
J’aurai dus probablement éprouver de la joie ou de l’espoir, mais je restai relativement insensible à cette déclaration. Pourtant je désirais ardemment retrouver ma liberté, mais elle me paraissait si lointaine… Le Docteur Jackson me sourit, puis quitta la cellule. La porte se referma derrière lui. Je restai là, immobile pendant un long moment, cherchant à remettre de l’ordre dans mes idées. Puis je me mis à lire les différentes pages contenues dans le dossier qu’il venait de me donner, tout en terminant mon sandwich. J’ignore totalement dans quoi je m’embarquai, mais quelque chose au fond de moi me disait que j’avais pris la bonne décision…


L’après-midi qui suivit fut très studieuse. En effet, le Docteur Jackson est vite revenu me voir afin de me donner de plus amples informations sur Auriga et l’histoire de mon peuple. J’eus l’impression de retourner au lycée, pour y suivre un cours intensif d’Histoire et de géopolitique afin de préparer mon diplôme de fin d’années. C’était long mais très enrichissant. Le dossier que m’avait donné le Docteur Jackson, un peu plus tôt dans la journée, était loin d’apporter toutes les réponses à mes questions. Au moins, ce cours avait le mérite d’éclaircir certains points… Auriga était donc une planète lointaine de la Voie Lactée qui avait autrefois été colonisée par des extraterrestres malveillants, du nom de Goa’ulds, qui se faisaient passer pour des dieux. Et quand je dis autrefois, je veux  parler de plusieurs milliers d’années. Ceux-ci avaient enlevés et asservis des populations humaines de la Terre, et les avaient ensuite emmenés sur Auriga pour travailler dans des mines de Trinium : un minerai cent fois plus résistant et léger que l’acier, utilisé dans la conception de vaisseaux spatiaux. Apparemment, les Goa’ulds auraient fait de même avec des milliers de mondes différents, propageant ainsi l’espèce humaine à travers toute la galaxie. De ce fait, bien que je fusse une extraterrestre – j’ai encore du mal à prononcer ce mot – j’étais bel et bien une humaine ! Cela me rassurait beaucoup… Quoiqu’il en soit, un jour, on ne sait pas quand exactement, un Aurigien du nom de Colin conduisit son peuple à la révolte. Les Goa’ulds furent tous chassés d’Auriga après une guerre sanglante et ne revinrent jamais… Un point étrange qui restait à éclaircir pour le Docteur Jackson, car d’après lui, les Goa’ulds n’étaient pas du genre à abandonner une planète aussi facilement… Quoiqu’il en soit les Aurigiens furent libérés de l’esclavage et fondèrent une civilisation qui allait prospérer. Colin en devint le premier Roi, et tous ses descendants lui succédèrent après lui à la tête des Aurigiens, rajoutant le nom de leur ancêtre à côté du leur. De ce fait, Colin devint le nom d’une dynastie royale, et moi, Arya, j’étais la dernière descendante de cette dynastie… Ce qui faisait de moi l’héritière légitime de la monarchie aurigienne… Le reste du cours se centra sur la situation actuelle et la vacance du pouvoir depuis la mort de mon père, Torygg Colin, assassiné par une secte de fous furieux qui considéraient les Goa’ulds comme de véritables dieux et qui œuvraient dans l’ombre pour leur retour sur Auriga il y a environ une vingtaine d’années. Depuis Auriga n’avait connus que l’anarchie et la guerre civile entre les différents clans qui s’étaient formés afin de s’accaparer le pouvoir et les richesses de la planète. Sans compter les visées de puissances étrangères comme la Terre, qui souhaitait ré-exploiter les mines de Trinium à son profit… Enfin, culturellement, la société aurigienne était médiévale, et peu développée au niveau des sciences et des mœurs… Voilà dans quoi je m’embarquais… J’ignore quelle heure il était quand le Docteur Jackson acheva son exposée, ni même le temps qu’il avait duré, mais j’étais épuisée, aussi bien physiquement que mentalement… Je me couchai sur mon lit, après son départ. La journée avait été longue, et riche en découverte. Mais malgré cela, tant de questions sans réponses me traversaient encore l’esprit... Qu’allait-il advenir de moi, à présent ? Une Reine ? Je ne comprenais pas bien ce que cela impliquait. Ni comment j’allais faire pour atteindre ce but… Et puis, tout ceci semblait encore irréel… Après tout, j’étais toujours prisonnière, et enfermée dans une cellule. Ma situation n’avait pas vraiment changée depuis l’instant où j’avais été transférée de Mariposa au SGC, enfin presque pas changée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar
Membre Kosmokomptakaze
Membre Kosmokomptakaze
avatar

Masculin Messages : 4731
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 25
Localisation : Grenoble

MessageSujet: Re: Stargate Renaissance :D   Sam 19 Mar - 10:17

Je trouve ça pas mal, il me tarde qu'il reparte sur Auriga Laughing

--------- ~~~~~~~~======}}}}}}}}}}}}{{{{{{{{{{{{======~~~~~~~~---------



"Seul un esprit libre d'obstacles est capable de saisir la beauté chaotique du monde."


Quelqu'un.



Dernière édition par Ragnar le Dim 20 Mar - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya
Membre Kosmokomptakaze
Membre Kosmokomptakaze
avatar

Féminin Messages : 566
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 23
Localisation : Japetus

MessageSujet: Re: Stargate Renaissance :D   Sam 19 Mar - 17:36

Merci Very Happy

J'essaie de m'y mettre mais en ce moment beaucoup de boulot IRL Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oufboy
Gourou du KKK
Gourou du KKK
avatar

Masculin Messages : 138
Date d'inscription : 09/02/2016
Age : 24
Localisation : Clermont ferrand

MessageSujet: Re: Stargate Renaissance :D   Lun 21 Mar - 22:30

ça pète ! La tout de suite j'avais pas envie de lire, parce que j'ai encore des trucs à faire, mais ça passe crème. ça se lit tout seul !  =o
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya
Membre Kosmokomptakaze
Membre Kosmokomptakaze
avatar

Féminin Messages : 566
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 23
Localisation : Japetus

MessageSujet: Re: Stargate Renaissance :D   Lun 21 Mar - 22:43

Heureuse que ça te plaise I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oufboy
Gourou du KKK
Gourou du KKK
avatar

Masculin Messages : 138
Date d'inscription : 09/02/2016
Age : 24
Localisation : Clermont ferrand

MessageSujet: Re: Stargate Renaissance :D   Lun 23 Mai - 18:14

Hey ! A quand les prochains chapitres ?  :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya
Membre Kosmokomptakaze
Membre Kosmokomptakaze
avatar

Féminin Messages : 566
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 23
Localisation : Japetus

MessageSujet: Re: Stargate Renaissance :D   Mar 24 Mai - 21:20

Quand je trouverai le courage et le temps de m'y mettre Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oufboy
Gourou du KKK
Gourou du KKK
avatar

Masculin Messages : 138
Date d'inscription : 09/02/2016
Age : 24
Localisation : Clermont ferrand

MessageSujet: Re: Stargate Renaissance :D   Jeu 26 Mai - 21:20

Ah oui, c'est pas bête, comme idée.  ^^
Mais si tu trouves le temps et le courage, saches que t'as déjà ton fan club qui t'attend.  :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya
Membre Kosmokomptakaze
Membre Kosmokomptakaze
avatar

Féminin Messages : 566
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 23
Localisation : Japetus

MessageSujet: Re: Stargate Renaissance :D   Sam 28 Mai - 20:17

J'ai repris hier soir Smile

Le problème c'est que au fur et à mesure que j'avance, je risque de changer des choses sur ce que j'ai déjà écrit car d'autres idées me viennent en cours d'écriture Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stargate Renaissance :D   

Revenir en haut Aller en bas
 
Stargate Renaissance :D
Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Stargate équipe SG1 et autres protagonistes
» [Aide] Création de troupes pour Stargate
» STARGATE : THOT
» SETH ou SETHESS stargate 1/5
» stargate anubis 1/5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Kosmokomptakazes :: Statioport :: Bar intergalactique-
Sauter vers: